Présentation de la commune

 

Un riche passé.

Les découvertes exceptionnelles mises en évidence sur la Commune de Raillencourt-Ste-OIle, lors des nombreuses interventions archéologiques menées depuis les années 1970 ont permis de prouver l'ancienneté de l'occupation humaine des lieux : sites du Néolithique moyen, ensemble funéraire des 2ème - 1er siècle avant J-C (tombes aristocratiques), mobilier d'époques romaine et mérovingienne...

Mais c'est probablement au premier millénaire, en bordure de l'ancienne chaussée romaine menant de Cambrai à Arras que se développèrent les actuelles agglomérations de Raillencourt et de Sainte-Olle. Cette dernière localité tirerait son nom d'une vierge martyre du Xlème siécle. En 1234, Raillencourt devient une paroisse autonome, tandis que Sainte-Olle dépend religieusement de SailIy. De par leur position aux confins de l'Artois et du Cambrésis, et aux portes de la très convoitée place-forte de Cambrai, elles connurent de nombreuses vicissitudes à travers le temps : luttes entre l'Evêque et les sires d'Oisy, guerre de Cent Ans, guerres franco-bourguignonnes, incendie du village en 1553, construction d'un fort espagnol à Sainte-Olle en 1581... cela jusqu'à la prise de Cambrai par Louis XIV en 1677.

En 1789-1790, Sainte-Olle et Raillencourt sont officiellement associés. Au XIXème siècle, tandis que l'agriculture se développe à Raillencourt, Sainte-Olle connait une industrialisation précoce avec l'établissement de négoce de charbon dès 1825, de fonderies et de briqueteries dès 1845, et surtout de fabriques de chicorées dès 1850, dont la chicorée "Black" qui connaitra une renommée mondiale. Le petit hameau de Sainte-Olle voit ainsi sa population passer de 250 habitants en 1825 à 1163 habitants en 1911. Trop éloigné du centre administratif, il se dote peu à peu d'infrastructures : une église en 1867 (reconstruite en 1896), un cimetière en 1877, un presbytère puis une école de garçons qui deviendra en 1885 la mairie du village, et même la liaison avec le tramway de cambrai en 1910. Durant la première guerre, un aérodrome allemand est établi dans la commune, ainsi qu'un hôpital militaire sous l'Eglise de Sainte-Olle. Lorsque la commune est libérée par les Canadiens en septembre 1918, toutes les usines ont été détruites ou démantelées, et il convient aussi de reconstruire de nombreuses habitations. Dans l'entre-deux-guerres, une ferme de la commune servira de lieu d'expérimentation pour la création du fameux BCG.

Au lendemain de la Seconde Guerre, à partir de 1952, les municipalités successives s'engageront dans un vaste programme de construction d'habitations à loyer modéré, ce qui fera passer la population de 1344 habitants en 1946 à 2271 habitants en 2000.

En 1972, la Commune est officiellement baptisée Raillencourt-Sainte-Olle.

En 1992, Cambrai et Raillencourt-Sainte-Olle s'associent pour créer un parc d'activités dénommé " ACTIPÔLE ". Sous forme de syndicat intercommunal " Syndicat Intercommunal pour le Développement Economique du Parc d'Activités de l'A2 ", la zone " ACTIPOLE " a profondément modifié le visage de la commune et représente aujourd'hui le parc d'activités le plus dynamique du Cambrésis. Tout ceci a été et est un atout important pour le développement de la commune.

Après dissolution du S.I.D.E.P.A.R.C, la Communauté de Villes prendra le relais pour en arriver à la Communauté d'Agglomération de CAMBRAI.

Cette commune "'rurbaine" a tissé des liens très forts avec Sailly-lez-Cambrai, qualifiée de "commune soeur". Bien que périphérique de Cambrai, Raillencourt-Ste-Olle est la dernière Commune du Nord en direction d'Arras, s'étirant sur 5 km le long de la RD939. D'un côté le bourg, de l'autre le hameau de Saint-Olle et une population aux 2/3 pour la partie urbaine et 1/3 pour la partie rurale, chaque section votant jusqu'à présent pour ses élus proportionnellement au chiffre de sa population.

Ici tout est en double deux écoles, deux églises, deux salles des fêtes et... une volonté à toute épreuve de ne faire qu'une seule et même commune, de conserver l'esprit d'une petite ville rurale. Priorité donc aux animations de proximité avec l'organisation d'un petit-déjeuner printanier, d'un buffet gratuit à la Salle de Sports le 14 juillet, distribution d'un cadeau de fin d'année pour chaque foyer, la visite annuelle aux responsables des entreprises installées sur la commune. Bien vivre et bien-être; telle est la devise d'une commune qui veut garder son identité, être le garant de la cohésion sociale tout en oeuvrant dans le cadre de territorialités élargies.

Une vie communale riche

Les services de proximité ne manquent pas, les commerces et les artisans non plus. Le Plan Local d'Urbanisme a tenu compte du domaine agricole, des cinq fermes (dont une de production laitière) et de l'avis des membres de l'Association Foncière de Remembrement de Raillencourt-Sainte-Olle/Sailly-lez-Cambrai.

A ne surtout pas oublier l'agence postale que l'on défend "ardemment et hardiment" selon l'expression de Mme RINGEVAL

Depuis 2001, consciente de la richesse de la vie associative locale, Madame RINGEVAL a voulu une politique communale de construction de bâtiments au service de la population. Cela a commencé par une très belle Salle de Sports, puis par une salle de musique pour les 85 ans de l'Harmonie Raillencourt-Sailly, une Bibliothèque- Médiathèque, un Restaurant Scolaire. L'an 2006 a vu la construction d'un Bâtiment d'Animation Enfance-Jeunesse qui accueille 250 enfants l'été. Maintenant, la Mairie Avec la sécheresse de 2003, le Mairie actuelle bâtie sur une nappe d'argile a beaucoup souffert et a été condamnée en partie. Le projet d'une nouvelle Maison Commune a vu le jour en 2006. Au pied du clocher rappelant l'ancienne église et l'hôpital militaire de 1914, le rachat de l'ancien presbytère à l'Archevêché va donc permettre une réhabilitation avec extension, selon des critères HQE (Haute Qualité Environnementale). Un aménagement paysager va dégager le site du clocher qui deviendra "beffroi". Raillencourt-Sainte-Olle va développer son offre logement avec des parcelles individuelles "libre de constructeur" une petite résidence dans l'ancienne " ferme Moreau ", et la construction de 28 logements locatifs "la Sibamière", à l'emplacement de "l'ancienne usine SIBAM."

 

Nom du maire : Maryvone RINGEVAL

Mairie de Raillencourt-Sainte Olle
858 Route d'Arras
59554 RAILLENCOURT-SAINTE OLLE

Tél. 03 27 81 20 50
Fax 03 27 83 41 61

Adresse E-Mail : mairie-raillencourt-ste-olle@wanadoo.fr

Visiter le site de la commune

Horaires d'ouverture :
Du Lundi au Vendredi : de 8h à 12h30 et de 14h à 17h30