Pourquoi trier ?

3 Objectifs :

  • Recyclons et protégeons l'environnement, pensons aux prochaines générations
  • Recycler, c'est donner une seconde vie à certains objets
  • Eviter de voir le coût du traitement des OM augmenter

Ensemble, faisons l'effort de bien trier !

Abandonnés dans la nature, certains déchets rejettent dans le sol de substance toxique (piles, batteries, peinture, vernis, déchets électroniques,...). L'eau de pluie facilite le ruissellement et l'infiltration de ces substances dans le sol.

La majorité des déchets ne sont pas biodégradables :

  • une bouteille en verre prend 4 000 ans pour disparaître
  • c'est 1 000 ans pour une bouteille en plastique
  • c'est un minimum 400 ans pour un sac en plastique ou une boîte d'aluminium
  • pour un pneu comptons entre 500 et 1 000 ans.

Et pourtant, tous ces produits sont recyclables (sauf les sacs plastiques)

  • le verre : sans perte de matière ni de qualité, le recyclage d'une tonne verre permet d'économiser 100 kg de fuel
  • les plastiques auront une seconde vie : vêtements, bâtiments...
  • l'aluminium, se recycle aussi totalement et sert à fabriquer des vérandas ou des fers à repasser
  • les papier : 105 000 tonnes de papier permettent d'en refaire 90 000 tonnes et sauvent 420 000 tonnes de forêts
  • l'acier sera réinvesti dans l'industrie automobile pour les moteurs, les portières, mais aussi les boîtes de conserve ou les lave-linges

Si le tri sélectif coûte cher, il se révèle aussi un secteur créateur d'emplois.  

Les encombrants

Dans le cadre de la nouvelle organisation de la collecte et afin de maîtriser les coûts mais aussi de valoriser le maximum de déchets dans le respect des dispositions européennes, la CAC s'engage chaque année dans un taux de valorisation de 45 %. Pour y parvenir, la collecte s'effectue dorénavant sur rendez-vous au 03.58.24.00.00. Le volume est limité à 2M3 par passage, deux fois par an.

Pour répondre à votre besoin dans des délais plus courts, vous avez la possibilité de vous rendre en déchetterie.

 Attention ! Ce service n'est pas disponible aux entreprises et artisans.

Rappel sur la façon de trier

Vous trouverez ci-dessous les plaquettes concernant le tri sélectif...

Les bornes enterrées : un mode de collecte propre et économe

Afin d’améliorer le cadre de vie des habitants et d’optimiser la collecte des immeubles, la Communauté, en partenariat avec les bailleurs, implante sur son territoire un nouveau mode de collecte : les bornes enterrées.

Ces conteneurs enterrés, dont on ne voit que le dévidoir, sont cofinancés par le gestionnaire et la CAC. Ils sont insérés dans une excavation creusée d’une capacité de 5m3. Ils sont amovibles et destinés au stockage des ordures ménagères résiduelles, aux emballages ménagers et à la collecte du verre dans l’habitat collectif.

Ce nouveau principe, basé sur l’apport volontaire de proximité, allie à la fois esthétisme, respect de l’environnement et la responsabilité des habitants. Ce dispositif s’inscrit dans une politique globale de la CAC qui vise à améliorer chaque année les performances de la collecte sélective et la maîtrise des coûts de l’élimination des déchets ménagers.

Ce mode de collecte présente de nombreux avantages.

Non seulement il permet de supprimer les locaux poubelles dans les résidences et également les sorties et entrées des bacs roulants. Déjà installées dans le quartier «La Forêt» à Cambrai, à Neuville-St-Rémy, ces bornes verront le jour dans d’autres lieux.

Ne jetez pas vos vêtements, donnez-lez : soyez éco-solidaires

La Communauté d’Agglomération de Cambrai s’est engagée à réduire le volume de ses déchets générés sur son territoire.

Dans ce cadre et depuis plusieurs années, la Communauté a une convention avec EcoTLC. Les nombreuses bornes textiles installées dans nos communes s’inscrivent dans cette logique.

Nous pouvons le déplorer mais force est de constater que nous vivons dans une société de consommation dans laquelle nous achetons et jetons beaucoup. Les vêtements et produits textiles n’échappent pas à la règle. Chaque année nous retrouvons dans les ordures ménagères des déchets textiles et de maroquinerie.

La Communauté d’Agglomération de Cambrai propose à ses habitants une alternative pour réduire la quantité de déchets textiles : la collecte de vêtements pour le réemploi et le recyclage. En effet, le réemploi est bien souvent une solution pour limiter notre production de déchets, que ce soit pour des vêtements ou d’autres biens d’équipement.

Les vêtements qui ne nous plaisent plus, peuvent faire le bonheur d’une autre personne et les vêtements trop usés peuvent être recyclés. Tous les TLC, quelque soit leur état (même usés ou déchirés) peuvent avoir une seconde vie.

C’est pourquoi la Communauté d’Agglomération de Cambrai en concertation avec l’association le Relais, bénéficie de l’installation sur son périmètre de 55 bornes de collecte textile.

A quoi sert la collecte ?

«La misère ne se gère pas, elle se combat». Cette parole de l’abbé Pierre constitue une réalité quotidienne pour le Relais, engagé depuis 30 ans dans la lutte contre l’exclusion par la création d’emplois durables. Membre d’Emmaus France et de l’inter Réseaux de la Fibre Solidaire (IRFS), le Relais est animé depuis toujours par les valeurs de solidarité, de générosité et de partage.

Les vêtements collectés sont triés dans le centre de tri Relais à Saint-Hilaire. En moyenne, 40% des vêtements sont destinés au réemploi. Ceux de bonne qualité seront répartis dans les boutiques du Relais, qui proposent des vêtements d’occasion et de qualité à bas prix. Une autre partie sera envoyée en Afrique pour la revente dans les circuits locaux de friperie. Si 15% des vêtements recueillis finissent quand même en déchets, les 45% restant sont recyclés pour fabriquer des chiffons d’essuyage ou encore pour la fabrication d’un isolant à base de fibres recyclées « métisse», breveté par l’entreprise Relais.

Plus d'infos

Donner ses vêtements devient aussi un geste éco-citoyen.

Où les déposer ?

Peuvent être déposés dans des sacs fermés (de préférence 50 litres) à condition d'être propres et secs : 

  • Tous les vêtements hommes, femmes, enfants
  • Le linge de maison ou d'ameublement (draps, couvertures, nappes, rideaux, serviettes...)
  • Des chaussures (attachées pour éviter qu'elle ne se séparent au moment du tri) et la petite maroquinerie (ceinture, sacs...)

Ne peuvent être déposés

  • Tous les produits non textiles
  • Les matelas, les sommiers, les moquettes, les toiles cirées
  • Les chutes de textiles en provenance des ateliers de confection
  • Les chiffons usagés en provenance des entreprises

Trouvez une borne

Adoptez le réflexe sécurité pour vos «DÉCHETS DE SOINS (DASRI)

Nous l'ignorons trop souvent mais les "déchets de soins" à risque infectieux, comme les seringues par exemple, doivent impérativement être stocké en sécurité puis collectés et éliminés suivant un processus très strict.

Et c'est en premier lieu le malade, dans le cadre de l'auto-médication ou le professionnel, médecin ou infirmier, qui doit selon le code de la santé publique, s'assurer du respect des procédures à suivre. Des filières très strictes existent pour les professionnels de santé. Les accidents viennent plutôt des "déchets de soins" des particuliers qui ne sont pas toujours au courant des filières de collecte existantes.

Conséquence première de cette situation, nous déplorons encore trop de "ripeurs" de notre prestataire ordures ménagères, qui se blessent avec des aiguilles qui sont jetées dans de simples sacs poubelles. Le problème est le même avec les "déchets de soins" déposés dans une bouteille en plastique et qui se retrouvent par erreur sur les tapis du centre de tri de la société Paprec à Harnes. Ce sont alors les personnes chargées du tri qui risquent de se blesser.

La sécurité c'est donc l'affaire de tous.

Pour limiter les risques sanitaires et les accidents, la Communauté d'Agglomération de Cambrai a mis en place une collecte spécifique et un traitement des "déchets de soins" à risques infectieux pour les particuliers.

Toutes les communes de la Communauté d'Agglomération de Cambrai sont concernées et la totalité des pharmacies participent à cette opération exemplaire mise en place depuis de nombreuses années.

Les pharmacies de la CAC mettent à disposition des personnes en automédication des emballages homologués.

Les patients rapportent ensuite leurs boîtes correctement fermées à la borne des déchetteries de Neuville-Saint-Rémy, Cambrai et Marcoing.

En 2015, sur le territoire de la Communauté d'Agglomération de Cambrai, près de 886 Kg de DASRI ont été collectés. Ces chiffres sont encourageants. On note en parallèle une diminution du nombre d'accidents lors de la collecte et du tri des ordures ménagères. La mobilisation de tous demeure indispensable afin de consolider et améliorer ces résultats.

Alors adoptez les bons réflexes. N'abandonnez en aucun cas vos déchets d'activités de soins à risque sur la voie publique ou devant la borne de collecte.

Où les déposer ?

Uniquement dans les déchetteries de Neuville Saint-Rémy, Cambrai et Marcoing qui sont équipées pour la récupération de ces déchets.

Que faire de vos lampes usagées

Les lampes qui se recyclent ont des formes très variables, mais elles portent toutes le symbole " poubelle barrée " , signifiant qu'elles ne doivent pas être jetées avec les ordures ménagères, ni dans le conteneur à verre.

Où déposer vos lampes usagées ?

  • Déposez vos lampes en déchetterie (cf. guide)
  • Rapportez vos lampes en magasin : tout magasin qui vend des lampes a l'obligation de reprendre les lampes usagées de ses clients (commerce de proximité, grande surface, magasin de bricolage, etc.). Liste des magasins disponible sur www.malampe.org/geolocalisation

Que deviennent vos lampes usagées ?

  • Les lampes sont prises en charge par Récylum, l'éco-organisme à but non lucratif qui organise la collecte et le recyclage des lampes usagées en France.
  • La collecte et le recyclage des lampes sont intégralement financés par l'éco-contribution que chacun paye en achetant une lampe neuve.
  • Les lampes se recyclent à plus de 90% de leur poids

Pour en savoir plus sur le recyclage des lampes